Un impact significatif sur l’économie et l’emploi pour vitale à Rixheim. Quand on sait que dans 90 % des cas le CITE – le crédit d’impôt transition énergétique – est un facteur déclencheur de travaux, la suppression de cette aide aux particuliers en 2018 par le Gouvernement dans le secteur de la menuiserie extérieure est lourde d’enjeu. Le CITE permet en effet pour les particuliers de réaliser des travaux en lien avec les économies d’énergie mais aussi, pour les entreprises, de créer des emplois, d’investir dans la formation et dans leurs outils de production.

Cesar Vitale, dirigeant de la PME alsacienne Vitale à Rixheim spécialisée dans la fabrication

et la pose de menuiseries extérieures et comptant 80 salariés, fustige la suppression du crédit d’impôt transition énergétique pour les fenêtres, portes et volets, présentant cette décision du Gouvernement comme un signal dramatique pour le développement économique, l’emploi et le Made in France.
Le CITE : pourvoyeur d’emploi, d’investissement et du Made in France chez Vitale.
Créé en 1976 à Lutterbach et installé à Rixheim depuis 1990, le groupe Vitale fait vivre plus de 80 familles en fabriquant dans ses usines de Rixheim des menuiseries extérieures en aluminium ou PVC. Depuis 2010 et grâce aux incitations fiscales, le groupe Vitale a doublé son chiffre d’affaires pour s’établir à près de 12 millions d’euros en 2017 pour un effectif de 80 employés et ce dans un contexte économique difficile. Parmi ces 12 millions, 5 millions d’euros concernent uniquement le marché de la rénovation avec 42 salariés recrutés dont 7 technico-commerciaux pour la vente aux particuliers et 10 personnes en production pour la maîtrise de la conformité et la garantie des coefficients thermiques requis par le CITE. Le CITE a aussi permis au groupe Vitale d’investir dans son outil de production pour gagner en qualité et en performance : 300 000 euros ont été investis en 2014 et 500 000 euros en 2017. Le groupe Vitale a également, grâce au CITE, investit dans la formation de ses salariés poseurs : 20 personnes ont ainsi été formées à la certification RGE, condition sine qua non pour les particuliers souhaitant bénéficier des aides financières pour leurs travaux de rénovation.
Enfin 2 personnes ont été embauchées au service après-vente et 3 personnes à des postes administratifs. « Au-delà des calculs, il faut être attentif au signal envoyé par la suppression du CITE, et ce signal est dramatique pour les entreprises qui vont devoir revoir leur perspective de développement et donc d’embauches » précise Cesar Vitale.

Le CITE fonctionne et préserve le savoir-faire français L’axe de développement du groupe Vitale sur les 3 prochaines années reste le marché de la rénovation des fenêtres avec toujours des équipes dédiées et formées en Alsace.
« Si le CITE se maintient dans sa forme actuelle, nous allons développer notre force technico-commerciale sur l’ensemble du Grand Est et par conséquent créer de nouveaux emplois avec un objectif de chiffre d’affaires de 15 millions d’euros » souligne Cesar Vitale. La suppression du CITE enlèverait donc toute perspective de développement sur ce type de marché, par ailleurs très concurrencé par les pays de l’Est. « En bénéficiant de 30% de crédit d’impôt, je peux vous assurer que mes clients particuliers sont prêts à faire l’effort pour acheter français et payer une menuiserie de qualité 15 à 25% plus chère.
» ajoute le dirigeant alsacien. « Le CITE a porté ses fruits, autant en termes de préservation de l’environnement et d’économies pour les particuliers que de développement et de création d’emplois pour les entreprises. Il faut continuer dans ce sens » conclut Cesar Vitale.

Eric LEFEBURE
Suivez-moi

Eric LEFEBURE

Propriétaire du site "La vie à Mulhouse" il est sans doute le plus ancien des sites consacré à Mulhouse, il fête ses 18 ans cette année et vous n'avez pas fini d'en entendre parler .
Eric LEFEBURE
Suivez-moi