Fin juillet, le Parc zoologique & botanique de Mulhouse a eu le plaisir de voir naître un zèbre de Grévy (Equus grevyi). Également connu sous le nom de zèbre impérial, cet équidé est le plus grand des équidés sauvages au monde (de 1,45 à 1,60 m au garrot).

Ze?bre de Grevy - Copyright Benoit Quintard
Ze?bre de Grevy – Copyright Benoit Quintard

Le zèbre de Grévy se distingue de ses cousins le zèbre des plaines (Equus quagga) et le zèbre de montagne (Equus zebra) par sa grande taille, mais également par son ventre et la base de sa queue, dépourvus de rayures. Egalement, le zèbre de Grévy brait (comme un âne) alors que les zèbres des plaines et de montagne hennissent (comme un cheval).

Larissa_et_Gombo
Ze?bre de Grevy – Copyright Benoit Quintard

Originaire principalement du nord du Kenya et de certaines zones d’Ethiopie (il a disparu du Soudan et de Somalie), le zèbre de Grévy est l’espèce de zèbres la plus menacée au monde, classée « en danger » par l’UICN, Union internationale pour la conservation de la nature. On estime à environ 2000 le nombre de zèbres de Grévy vivant encore à l’état sauvage. Le zèbre de Grévy fait l’objet d’un programme européen d’élevage (EEP, European Endangered species Programme) auquel participe le Parc zoologique & botanique de Mulhouse. Le Parc compte plus de 50 espèces inscrites en EEP, ce qui en fait l’un des parcs zoologiques européens les plus impliqués dans la conservation ex situ des espèces menacées.

Le jeune mâle né au Parc zoologique & botanique de Mulhouse a été prénommé Gombo.

Ze?bre de Grevy - Copyright Benoit Quintard
Ze?bre de Grevy – Copyright Benoit Quintard

Sa mère, Larissa, est arrivée au Parc en 2014 et n’avait jusqu’alors pas encore reproduit. Avant sa présentation à l’ensemble du groupe, le zébron ne sortira dans l’enclos que le matin, en compagnie de sa mère, les autres spécimens restant à l’écart pendant quelque temps. Une fois les présentations faites, la mère, protectrice, empêchera les autres femelles de trop approcher le jeune, ce jusqu’à ce qu’il se soit habitué aux rayures, à l’odeur et à la vocalisation de sa mère. Le couple mère-petit zèbre de Grévy peut rester soudé jusqu’aux trois ans du jeune.

Eric LEFEBURE
Suivez-moi
Les derniers articles par Eric LEFEBURE (tout voir)