Auteur Sujet: De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.  (Lu 27482 fois)

0 Membres et 1 visiteur sur ce sujet

Hors ligne Henri

  • Administrateur
  • Inscrits
  • ******
  • Messages: 7571
  • Sexe: Homme
Fondée en 1955, la société SUPERBA S.A.S basée à Mulhouse emploie près de 180 personnes. Exportant plus de 90% de sa production, SUPERBA S.A.S possède trois filiales, aux USA, en Chine et une à Dubaï, ainsi que des agents dans le monde entier. SUPERBA S.A.S fabrique des machines textiles destinées au traitement du fil ; ses clients sont les fabricants internationaux de tapis et de moquette, principalement aux USA, en Turquie, au proche et au Moyen –Orient, ainsi qu’en Europe (Belgique, France, Danemark, …). Pour plus de détails voir liens à la fin du post.

Voici tout d'abord une vue panoramique du 2 février 2007 pour se faire une idée de cette entreprise située au nouveau bassin et dont peu de mulhousiens connaissent vraiment son existence.
Cliquez sur la vignette.


Un peu d'histoire.

La société Reber-Schwartz et Cie est fondée en 1870. Cette entreprise, qui devient Schwartz et Cie dès 1876, est spécialisée dans la filature de laine peignée. Cette industrie est introduite en Alsace relativement tard.
La première filature de laine peignée est fondée à Mulhouse en 1838. Auparavant, les imprimeurs locaux devaient approvisionner à grands frais à Saint-Quentin. Marginale jusqu'en 1870, cette industrie connaît un développement spectaculaire dans le dernier quart du XIXè siècle avec la construction de très grandes unités de fabrication issues de sociétés plus anciennes ou créées pour la circonstance comme les établissements Schwartz. De cette période datent les grandes usines Laederich, en 1880. Les établissements Gluck, Koechlin-Schwartz ou Kuneyl, Hueber et Cie, en 1896, à Bourtzwiller.
Henry Schwartz (1845-1895) agrandit ses établissements au point de faire de son usine de Mulhouse une des plus grandes d'Europe continentale, avec près de 100 000 broches, avant d'être assassiné par un ouvrier.
L'usine ferme en 1932. Les bâtiments sont transformés pendant l'annexion en usine d'armement par la Württembergische Metallfabrik, qui y installe, entre autres, d'importantes presses métalliques.
Les usines sont reprises après la guerre par la Direction d'études et fabrications d'armement, qui dépend du ministère de la défense.
Le bâtiment a conservé ses caractéristiques de l'architecture industrielle de la fin du XIXè siècle, avec sa structure à étages surmontée de toits en dents de scie et sa cheminée principale, une des rares de ce type à rester en usage à Mulhouse.
Elle était reliée par tramway à traction à vapeur avec le port du nouveau bassin tout proche. Sa situation s'explique par rapport à cette infrastructure, au passage du Steinbächlein devant la façade et au raccordement au réseau ferré.

Les deux gravures ont été publiées le 5 mars 1904. Archives de la bibliothèque municipale de Mulhouse.
On peut voir que l'usine s'étendait de l'av. Schuman (Offnungsstrasse) jusqu'à la rue Vauban (Vaubanstrasse), au milieu la rue d'Illzach (Illzacherstrasse). Et de la rue Hugwald (Hugwaldstrasse) jusqu'à la rue Lefebvre (Friedhofstrasse) et la rue du tir (Schützenstrasse).
On remarque aussi les voies ferrées qui desservent au milieu l'usine de chaque coté. Après 1919 deux autres voies ferrées seront installées du coté entrée Schuman, une voie venant alors depuis le nouveau bassin. Ces deux voies existaient encore jusqu'en mars 2005. (Voir photos plus bas)

Cliquez sur la vignette. (Pour ceux qui ont IE7 ou IE8 vous pouvez en appuyant sur Ctrl et en même temps en actionnant  la molette de la souris diminuer ou augmenter la taille de la page)


Une autre vue des Ets Schwartz. Intéressante la passerelle qu'on distingue bien et qui se situait au niveau de l'ascenseur arrière actuel de Superba. Il me semble que Superba avait une fois envisagée la construction d'une passerelle presque au même endroit...
Cliquez sur la vignette.



Je  rajoute le plan du secteur datant de 1886 ou le bâtiment actuel devant l'av. Schuman n'existait pas encore. On voit  le cours d'eau du Steinbächlein qui passait exactement à l'arrière du bâtiment actuel de Superba et le bâtiment du montage 2. L'usine Schwartz se trouvait à l'époque entre le cours d'eau et la rue d'Illzach. Ce cours d'eau traversait la ville venant de la Doller près du pont d'Aspach et faisait sa jonction avec l'Ill près des anciens abattoirs (Aujourd'hui Kinépolis).


Le plan suivant date de 1896 et on voit qu'en 10 ans l'usine Schwartz s'est agrandie avec les bâtiments actuel de Superba ainsi que des bâtiments situés de l'autre coté de la rue d'Illzach.



Je vous donne aussi une copie d'une partie d'un plan de Mulhouse datant de 1911 où vous pourrez situer facilement le secteur de l'usine Schwartz.
Cliquez sur la vignette.




Je vous présente deux plan du site de Superba de 1943 et de 1963.
On remarque sur les deux plans le tracé de la voie ferrée longeant le canal et arrivant dans l'usine et qui allait jusqu'à la rue d'Illzach. Le 22 mars 2005 les rails avaient été enlevés ou recouverts avec du macadam.

Plan du 25 avril 1942.
Le nom de l'entreprise pendant la guerre était:
Oberrheinische Metallwarrenfabrik GMBH Mülhausen/Elsass.
Cliquez sur la vignette.


Plan du 25 novembre 1963.
Nom de l'entreprise.
Ministère de la guerre
Usine "FOMHAR" Mulhouse
Direction des Etudes et Fabrication d'Armement
Fabrique d'objets Métalliques du Haut-Rhin.
Cliquez sur la vignette.


Superba a été créé le 3 décembre 1955 au 13 rue de Pfastatt dont la principale activité au début était la fabrication de machines à tricoter domestiques sous la marque Superba, Singer et Phildar.
L'activité machines textiles pour l'industrie a commencé en 1962 et s'est implantée au nouveau bassin en décembre 1971.


Deux photos que j'avais fait le 22 mars 2005 où on peut voir les rails avant d'être enlevés ou recouverts par le macadam.
Le bâtiment à gauche appartient aux douanes.







Pour terminer et à titre d'information je vous donne encore les liens de l'entreprise actuelle.

http://www.superba.com/
http://www.superba-cotraitance.fr/

Et un lien où vous pouvez voir les machines à tricoter ainsi que les pièces de rechanges.
Machines à tricoter Superba / Passap
http://www.myrocks.com/FRA_index.htm




Hors ligne Henri

  • Administrateur
  • Inscrits
  • ******
  • Messages: 7571
  • Sexe: Homme
Re : De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.
« Réponse #1 le: 10 octobre 2009 à 18:48:45 »
Voici 2 photos qui auraient été prises dans le secteur du nouveau bassin que tramwackes m'a envoyé pour mettre ici.
Il dit que ces photos auraient été prises dans ce secteur pendant la dernière
guerre - sous réserves - mais sur voie métrique TM

Je lui laisse le soin de donner plus d'explications.

   


Hors ligne Henri

  • Administrateur
  • Inscrits
  • ******
  • Messages: 7571
  • Sexe: Homme
Re : De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.
« Réponse #2 le: 10 octobre 2009 à 19:26:31 »
Voici une copie d'après le plan original de 1797 conservé au musée historique et où on voit bien tous les cours d'eau traversant la ville.
On voit bien aussi le Steinbächlein qui passe ensuite par le secteur Superba nouveau bassin qu'on ne voit pas dans ce plan. A l'époque n'existait pas.





En ligne TRAMINOT

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 4938
Re : De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.
« Réponse #3 le: 10 octobre 2009 à 22:39:14 »
Formidable ton plan Henri ! C'est très précis et pour les amateurs d'histoire, il date encore de l'ancienne Républiqe de Mulhouse !
Les photos des trams marchandises datent de la guerre quand les camions réquisitionnés ont amené les TM ( Soléa aujourd'hui ) à électrifier certains tronçons. Les photos montrent des trucks, c'est-à-dire deux rails de chemin de fer greffés ( à écartement normal de 1m44 ) sur des essieux à écartement métrique ( 1 mètre ... ) adapté au 1° réseau ( 1881 - 1960 ). Ce système permettait aux TM  de se faire un peu de gras en transportant des marchandises en plus des voyageurs grâce à des installations de transbordements ( à la Wanne, à Kinépolis et au Vélodrome où le bâtiment est toujours visible et frôlé par le tram actuel entre le dépôt de la Mertzau et le pont de Bourtzwiller ) où des wagons AL, puis Reichsbahn, puis SNCF sont pris en charge par les TM et acheminés en différents endroits de la ville à des entreprises disposant d'embranchements comme - il me semble - Superba. Il reste un vestige visible avenue Aristide Briand, à proximité du rond-point vers la rue Daguerre ainsi qu'à Sausheim.

Hors ligne Kanard le parapentiste

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 5090
  • Sexe: Homme
Re : De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.
« Réponse #4 le: 11 octobre 2009 à 09:05:35 »
Super !  Depuis que j'habite à 9000 kms de Mulhouse j'en apprends plus sur ma ville de naissance qu'en étant sur place, encore merci !   :good:
En janvier 1991 peu de temps après mon retour de Nouvelle-Calédonie, j'avais postulé à un poste d'électromécanicien chez Superba. Le boulot consistait à installer des machines textiles dans divers pays dans le monde. Ma candidature avait été retenue mais au final j'avais décroché un autre emploi d'électrotechnicien-câbleur dans le domaine de l'automobile chez Industrie-Automation à Ensisheim.
Le doute est le commencement de la sagesse. Aristote.

Oté la Réunion !

Hors ligne Henri

  • Administrateur
  • Inscrits
  • ******
  • Messages: 7571
  • Sexe: Homme
Super !  Depuis que j'habite à 9000 kms de Mulhouse j'en apprends plus sur ma ville de naissance qu'en étant sur place, encore merci !   :good:
En janvier 1991 peu de temps après mon retour de Nouvelle-Calédonie, j'avais postulé à un poste d'électromécanicien chez Superba. Le boulot consistait à installer des machines textiles dans divers pays dans le monde. Ma candidature avait été retenue mais au final j'avais décroché un autre emploi d'électrotechnicien-câbleur dans le domaine de l'automobile chez Industrie-Automation à Ensisheim.

Et tu as peut-être maintenant des regrets de ne pas avoir travaillé chez Superba comme monteur extérieur. Nos monteurs font beaucoup de déplacements à l'étranger. Tu aurais donc aujourd'hui déjà 18 ans d'ancienneté dans l'entreprise. Moi j'y suis déjà à 32 ans et la retraite à la fin de l'année.

Hors ligne Kanard le parapentiste

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 5090
  • Sexe: Homme
Re : De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.
« Réponse #6 le: 11 octobre 2009 à 10:00:35 »
J'ai fais beaucoup de déplacements pour le compte de différentes entreprises de Mulhouse et alentours. J'ai travaillé en Allemagne, en Italie, en Belgique, en Suède, en Espagne etc mais dans le domaine automobile (installations d'automates, de robots etc).  Mais il est vrai que travailler dans le domaine textile m'aurait intéresser. Malgré tout, j'ai eu l'occasion de travailler chez DMC pour une entreprise extérieure (la C3EI qui n'existe plus), j'y ai vu des choses très intéressantes. De nos jours on ne fait plus carrière dans la même entreprise (c'est rare), le marché du travail est difficile. Mais il est vrai que Superba tout comme Clemessy (j'y ai aussi travaillé), la SACM (à l'époque), DMC et j'en oublie, sont des entreprises du coin reconnues dans le monde entier.
Le doute est le commencement de la sagesse. Aristote.

Oté la Réunion !

Hors ligne green

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 620
  • Sexe: Homme
Re : De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.
« Réponse #7 le: 13 octobre 2009 à 00:47:15 »
merci tu es entrain de tracé l'historique de mon quartier
j'ai grandi dur waldner non loin des ancien abattoir et leur bonnes odeurs :jy07:

Hors ligne Kanard le parapentiste

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 5090
  • Sexe: Homme
Re : De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.
« Réponse #8 le: 16 octobre 2009 à 14:12:01 »
Très intéressant cet article !  Au final beaucoup d'entreprises alsaciennes étaient à la pointe de la technique, le textile était une grande spécialité de notre région.  Malheureusement j'imagine que peu de ces entreprises subsistent actuellement, je me trompe ?  La foire ITMA a-t-elle toujours lieu ?   :mellow:
Le doute est le commencement de la sagesse. Aristote.

Oté la Réunion !

Hors ligne Henri

  • Administrateur
  • Inscrits
  • ******
  • Messages: 7571
  • Sexe: Homme
Re : De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.
« Réponse #9 le: 16 octobre 2009 à 16:56:32 »
La foire ITMA a toujours lieu tous les 4 ans et Superba comme d'autres entreprises alsaciennes continuent de présenter leurs produits.

Hors ligne reno971

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 88
  • Sexe: Homme
Re : De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.
« Réponse #10 le: 16 octobre 2009 à 17:53:33 »
En liaison avec le textile , je me rappele une entreprise egalement présente a l"international, et situé au fond d'un vallée a Bourbach : BURCKLE

Et comme Kanard, je suis passionné par tout ce que j'apprend sur Mulhouse. C'est formidable d'avoir des passionnés comme vous
A Wackes unter dr Sunna

Hors ligne Henri

  • Administrateur
  • Inscrits
  • ******
  • Messages: 7571
  • Sexe: Homme
Re : De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.
« Réponse #11 le: 25 octobre 2009 à 19:54:38 »
Voici d'autres plans des bâtiments encore existant qui intéresseront plus particulièrement ceux qui travaillent à Superba et qui viennent aussi ici dans ce forum.

Les plans sont anciens, ne sont pas de très bonnes qualités, assez sombres et difficiles à reproduire.

Passerelle entre le bâtiment du montage 1 et le quai.
On voit à gauche 2 wagons dessinés.

Passerelle entre le montage 1 et le montage 2.

Bâtiment du montage 2.

Plan du rez-de-chaussée du bâtiment principal. (usinage/tolerie soudure) Au-dessus  les 3 étages.
Les détails dans les agrandissements du même plan.
 


Coupe du bâtiment principal. A droite on voit les escaliers de l'entrée principale près de la cheminée. A gauche la passerelle allant vers le montage 2.
Agrandissements du même plan.
   

.
Coté entrée usinage/wc avec passerelle. Vue depuis le bât. montage 2  

 Passerelle vers l'arrière du bâtiment principal (petit ascenceur)




  Coupe bâtiment montage 2


Projet d'agrandissement du montage 2 (FOMARD)
   




Hors ligne Kanard le parapentiste

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 5090
  • Sexe: Homme
Re : De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.
« Réponse #12 le: 26 octobre 2009 à 13:50:17 »
Chouette de vrais dessins à l'encre de chine et dessiné à la main sur une table prévue à cet effet !  Pas d'ordinateurs avec des logiciels qui vous facilites la tâche (enfin ça dépend pour qui...  :whistling1:).
Le doute est le commencement de la sagesse. Aristote.

Oté la Réunion !

Hors ligne Henri

  • Administrateur
  • Inscrits
  • ******
  • Messages: 7571
  • Sexe: Homme
Re : De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.
« Réponse #13 le: 07 février 2010 à 12:35:27 »
Voici maintenant quelques plans et courriers anciens que j'avais montré lors de mon diaporama de mon pot de départ à la retraite.
Sur les plans j'ai indiqué avec un trait rouge l'emplacement du bâtiment principal de Superba aujourd'hui et en jaune le bâtiment autrefois entre les années 40 et 60 ateliers de presses et aujourd'hui montage 2/3.

1850.
Pas encore d'usine, on voit juste le ruisseau du Steinbächlein. Il faut savoir que ce ruisseau passait aussi par les sites de DMC et Frey.
L'eau étant de très bonne qualité pour l'utilisation en filature et bien meilleure que l'eau de l'Ill.
Pas encore de Nouveau Bassin.


1875.
Une partie de l'usine Schwartz existe déjà (depuis 1870)
La caserne "kaiser William Kaserne" en cours de construction (1874/1877) Aujourd'hui caserne Lefebvre.

1875 agrandi. Sur le canal on voit un tourne-bateau pour qu'ils puissent faire demi-tour.


1886.
Existent déjà la rue de l'Espérance (Av. Schuman) Le Nouveau Bassin achevé en 1879. Et d'autres rues aux alentours.


1896.
Cette fois le bâtiment où se trouve aujourd'hui Superba est indiqué sur le plan.
Tout est indiqué maintenant en allemand.


1910.

1911.


1935.



Courrier de 1919 pour une demande de permis de construire en français.


La réponse en allemand, les formulaires en français près d'un an après la fin de la guerre n'étant pas encore disponibles .


Le dessin du projet.


Oberrheinischen Metallwarenfabrik GMBH.
1942.
Courrier adressé par la maison mère à la mairie de Mulhouse pour informations concernant les nouveaux directeurs
de la filiale mulhousienne.


1944.
Demande de permis de construire pour des abris anti-aériens.
Cette année Mulhouse avait subi quatre bombardements aériens entre mai et août.
Plus des attaques aériennes en septembre et octobre pour perturber le trafic ferroviaire.


1944.
Le devis en Reichmark.


Plan indiquant l'emplacement des abris. Un abri avec poste de secours se trouvait près la Hoffnungstrasse.


Ets FOMAR.
1951 demande de permis de construire pour agrandissement.


Plan indiquant l'emplacement des agrandissements.


Photos des presses de 800T dans le bâtiment du montage 2 dont on voit aussi le pont roulant de 20T aujourd'hui encore utilisé.
Photos d'archives P.Martin.






Plan de 1962 et d'aujourd'hui en vue aérienne avec BingMaps



Vues aériennes du secteur de Superba prise dans BingMaps 3D.









Hors ligne Compte supprimé 2

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 1824
  • Sexe: Homme
Re : De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.
« Réponse #14 le: 08 février 2010 à 12:51:04 »
lorsqu'on consulte des documents tels que ceux que nous fait partager Henri, on peut noter que durant l'occupation allemande (le Reichsland de 1871) et jusque dans les années 1914, le français continuait à être utilisé par beaucoup d'alsaciens de souche car ils ne doutaient pas un instant de pouvoir redevenir français.

Durant les années de guerre, les allemands avaient strictement interdit l'usage de la langue française mais le dialecte alsacien était courant. Charles Spindler l'explique fort bien dans son ouvrage "L'alsace Pendant La Guerre  - 1914-1918" qui  sous forme de journal intime nous raconte ses souvenirs et autres anecdotes relatives à cette période. Alors qu'en Août 1919, (voir le Bauerlaubnis) l'allemand était toujours d'usage.

curieuse histoire du passé linguistique, mais si passionnant de notre petite région.

En ligne TRAMINOT

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 4938
Re : De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.
« Réponse #15 le: 08 février 2010 à 23:14:23 »
Quand on collectionne les cartes postales de Mulhouse, on fait la constatation suivante : les légendes sont bilingues jusqu'à la guerre de 1914, de même que, souvent, la correspondance. Sur les façades, on voit aussi de nombreuses enseignes en français. A partir de 1919, alors que l'allemand est langue scolaire depuis un demi-siècle, le texte dans cette langue disparaît totalement, subsiste la correspondance, toujours bilingue. De 1940 à 45, pas de dessin ... Et en 1945, reste le français qu'il est chic de parler... La presse reste bilingue sauf les articles destinés à la jeunesse ( le sport, par ex. ) Question : laquelle des Autorités exercées en Alsace s'est montrée la plus ouverte ? Les résultats : il suffit de lire la correspondance que le Conseil Général vient d'envoyer aux parents, les incitant à offrir un enseignement bilingue à leurs enfants et on comprend qu'en "haut"-lieu, on a tiré les conséquences des erreurs du passé, à savoir nier - ou pour le moins - de ne pas soutenir le fait de la double culture de cette région. Une précision : après 1871 ( puis en 1940 ... plus tragiquement ), l'Alsace n'a pas été occupée mais annexée suite au Traité de Francfort, le mouvement inverse sera le Traité de Versailles, ces deux conventions diplomatiques ayant été pleinement reconnues - en leur temps - par la communauté internationale. Quant aux origines de la guerre de 1870, un examen objectif de ce qui l'a provoqué ne milite pas en faveur des dirigeants français de l'époque ( Napoléon III et, pire, son épouse ) qui auraient mieux fait de laisser en paix le roi de Prusse pendant sa cure à Ems plutôt que de lui chercher des poux, fournissant à Bismarck l'occasion qu'il attendait lui aussi d'en découdre ...   

Hors ligne Fer et Rail

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 2514
  • Sexe: Homme
Re : De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.
« Réponse #16 le: 18 février 2010 à 20:27:44 »
Merci à tous, pour la leçon d'histoire sur Mulhouse et plus particulièrement à Henri pour le plan de Mulhouse.
Mulhouse qui était aussi Suisse un certain moment, j'ai vu des enveloppes tamponnées " Mülhausen (Helvetia ) ";
quelqu'un a peut être un chapitre pour cette période. Période Suisse: c'est aussi le motif pourquoi Colmar
est devenue Préfecture et non Mulhouse. Cela m'a marqué dans mon enfance, car j'étais dans la classe de
Raymond Oberlé, historien bien connu.

Les Wagons de TRAMWACKES sur trucks pour passer de 1.435 à 1 m ont, en effet, rempli la trésorerie de Tramways de Mulhouse, j'en ai encore vu passer rue du Nordfeld allant vers de dépot des COOP entre la rue Ile napoléon et la rue de Bâle. Mais c'etait des wagons citernes, il a du y avoir quelques hectolitres de vinnasse venue de l'Algérie via le port de Sète ( Cette ou Sette ).

Quant au Kanard, reste bien sur ton Ile, tu auras un tram -train Bombardier et s'il te ne convient pas, je t'envoie
le nôtre, celui de Siemens, il me reste un... en carton. Crois-moi il fait encore froid à Mulhouse et je vois chaque
jour que Dieu nous offre et dans le Journal de l'Ile ( Le JIR ) qu'à la Réunion, il est affiché 27° le matin, tout juste
après avoir lu " l'Alsace " où je lisais ce matin : 1°

Bien amicalement et à bientôt - René

Bien amicalement -
Bénévole à l'Office de Tourisme de Mulhouse & Environs
Voir Greeters

Hors ligne Henri

  • Administrateur
  • Inscrits
  • ******
  • Messages: 7571
  • Sexe: Homme
Re : De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.
« Réponse #17 le: 18 février 2010 à 22:46:05 »
Voici une photo prise par mon ami Fernand Angly qui date vers 2000 et qui sera maintenant impossible de refaire aujourd'hui vu les constructions qu'il y a devant Superba.
Faire une photo à ce niveau montrant toute la longueur du bâtiment n'est plus possible.

Hors ligne Kanard le parapentiste

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 5090
  • Sexe: Homme
Re : De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.
« Réponse #18 le: 19 février 2010 à 09:30:32 »
Photo à conservée précieusement !   :good:
J'espère que la cheminée de briques sera conservée car elle fait partie du paysage industrielle mulhousien. A se propos, combien reste-t-il de cheminées de la sorte à Mulhouse ?  De mémoire et de façon aléatoire il y en a 1 chez Clemessy à Dornach, 1 autre pratiquement en face à l"angle Aristide Briand-Bd de Paris (usine Braun ?), 1 autre rue Josué Hofer près de la gare du Nord (ets Lesage ?) et pour les autres (s'il y en a) je ne me souviens plus.

Et pourquoi pas crée un nouveau fil de discussion ayant pour but de répertorier et photographier les dernières cheminées de briques encore debout à Mulhouse, si j'étais sur place je le ferai volontiers mais ce n'est pas le cas car plus de 9000 km me sépare de Mulhouse !  Y'a-t-il un volontaire ?
Quand j'étais gamin, au début des années 70 j'avais pu assister au dynamitage de plusieurs cheminées qui se trouvaient dans l'enceinte d'une usine aujourd'hui disparue à Dornach. Cette usine (une partie de l'usine DMC ?) se trouvait en lieu et place des établissements Peugeot (?) rue de Thann. Quelqu'un s'en souvient ?   ::)
Le doute est le commencement de la sagesse. Aristote.

Oté la Réunion !

Hors ligne Compte supprimé 2

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 1824
  • Sexe: Homme
Re : De la filature ci-devant Schwartz et Cie à la société Superba S.A.S.
« Réponse #19 le: 21 juillet 2010 à 17:57:07 »


La carte postale mentionne "chemin de fer de ceinture"

s'agit-il du pont de chemin de fer qui se situait quartier drouot/Modenheim, (rue de la ferme/rue du chemin de fer) ou peut-être le Pont de Lutterbach ?