Auteur Sujet: Forum  (Lu 19670 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

En ligne Jefekoi

  • Administrateur
  • Inscrits
  • ******
  • Messages: 10812
  • Rien ne sert de courir il faut partir à point.
Re : Re : Forum
« Réponse #20 le: 13 août 2015 à 06:11:21 »
Proposition : Ici, tu peux parler alsacien sans que personne ne te tape sur les doigts !

Je ne crois pas non  :police:

Hors ligne ADN 40

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 16370
  • Loin des yeux , Près du coeur
Re : Forum
« Réponse #21 le: 13 août 2015 à 08:00:20 »
 :yelclap:  Bravo et merci à vous tous et toutes pour cet échange de point de vues  , poli  ,courtois , et enrichissant .  Merci en tout cas  de défendre et de conserver l'usage de ce " parlé " alsacien . Maintenant c'est à la nouvelle génération , et aux générations futures de ne pas laisser ce perdre cette coutume de la langue locale , mais ça c'est encore une autre histoire .!!!!!
                                                 :5-logo: ADN
                                                                   

Les faits sont sacrés , les commentaires sont libres . S/O.  ADN 40 .

Hors ligne Nageur

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 2466
Re : Forum
« Réponse #22 le: 13 août 2015 à 10:10:08 »
 :yes2:  :yes2:  Ecoutez ici ma douce voix langoureuse:

https://youtu.be/vEhaWR1LM4E

 :big056:      :icon_langue:
My taylor is rich

En ligne Richard.T.M

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 12530
Re : Forum
« Réponse #23 le: 13 août 2015 à 10:36:40 »
J'ajoute, et ça aussi c'est la VIE et pas seulement à Mulhouse, qu'il est PLUS qu'utile de savoir lire et écrire des langues qui permettent l'accès à l'emploi, plus pour moi ( 66 balais ... ) mais pour nos enfants. C'est, à mon sens, une priorité.
A l'inverse, je ne fais en aucun cas partie de ceux qui font semblant de ne pas comprendre ou de pas savoir s'exprimer dans ce qui fut pourtant la langue NATALE. Cependant, je constate que le recours à la langue française revient aussi vite qu'un cheval au galop, même entre Alsaciens de mon âge. Et je le déplore même, mais serait-ce dû à l'âge ?
Ainsi, on trouve beaucoup de documents ( je m'écarte un peu du sujet d'origine ) rédigés en allemand par écriture dite Sütterlin
Avant le décès de ma mère, il y a 3 ans, j'allais la voir pour qu'elle me traduise, car en 1940, pendant quelques mois, elle l'avait apprise, à l'école communale de Rixheim. Aujourd'hui, je ne vois plus à qui m'adresser ... alors que je collectionne les vieilles cartes postales où on retrouve cette orthographe

Hors ligne grandga

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 1841
  • A Buick, what else ?
Re : Re : Forum
« Réponse #24 le: 13 août 2015 à 11:37:17 »
ADN
Tu emploies le terme dialecte, or ce mot concerne une façon de s'exprimer, une locution, comme n'importe quel dictionnaire de la LANGUE française pourra le confirmer
Je n'ai parlé français qu'à 5 ans environ, en allant à l'école. Mais même par la suite, à Mulhouse dont je suis originaire, j'ai plus souvent entendu parler du dialecte mulhousien par l'expression "Elsasser ditsch" plutôt que "Elsassisch", la première expression se traduisant - littéralement - par : "Allemand d'Alsace", un dialecte allemand parmi tant d'autres, entre la Prusse et le Haut-Adige
Bien plus tard, j'ai compris la subtilité des Bâlois qui, eux, ne parlent jamais de "Hochditsch" ( Hochdeutsch = Allemand littéraire, sorte de koinê créé par Luther pour mettre ses textes à la portée de tout-un-chacun dans le Saint Empire romain germanique dont l'Alsace a fait partie jusqu'en 1648, quand même ). Ils emploient le terme de "Schreftdütsch" ( Schriftdeutsch = langue écrite ) expression qui me paraît d'autant plus appropriée qu'à Bâle, on parle de Ardäpfel pour patates, exactement comme à Mulhouse,  et non Grumbeer, comme à Strasbourg ...

Et les Suisses allemands réussissent ce tour de force à l'école, en conférence ou au travail à vous projeter un texte en Allemand au mur et à le lire ou le commenter en 'Schwiizerdütsch' !

Impressionnante faculté du cerveau humain que cette traduction simultanée pratiquée par l’ensemble des concernés.

C'est pourquoi je pense qu'enseigner l'allemand aux enfants Alsaciens est plus utile que le dialecte, parce que mieux structuré. Il est ensuite facile de s'évader dans les variantes locales, remplacer 'Biene' par 'emmala', 'Ziege' par 'geis', 'Pferd' par 'ross', sans oublier 'bàrabli', trottwar ou s'portmonnè... :lolLarge:

J'utilise le mot dialecte, car comme le dit si bien Tramwackes, si l'alsacien est bien une langue par rapport au français, c'est un des nombreux dialectes, une variante, dans le monde germanique.

Quand aux 'Kartoffel', le mot est d'origine italienne dérivé de 'tartuffolo'(petite truffe), comme la tartiflette à base de 'tartifles' en Savoie ou les Morvandiaux qui vont 'miger la treuffe vers le René sur Montsauche' (manger des patates chez René à Montsauche)  :mange:

Grundbirne ou Erdapfel (alemanisch Herdapfel, platt Eerdappel) sont donc plus 'allemands' que 'Kartoffel'.
" Puissiez-vous vivre des temps intéressants... "

Hors ligne Henri

  • Administrateur
  • Inscrits
  • ******
  • Messages: 8618
Re : Re : Forum
« Réponse #25 le: 13 août 2015 à 11:48:35 »
:yes2:  :yes2:  Ecoutez ici ma douce voix langoureuse:

https://youtu.be/vEhaWR1LM4E

 :big056:      :icon_langue:

 :good:

Hors ligne Henri

  • Administrateur
  • Inscrits
  • ******
  • Messages: 8618
Re : Re : Re : Forum
« Réponse #26 le: 13 août 2015 à 11:59:29 »
ADN
Tu emploies le terme dialecte, or ce mot concerne une façon de s'exprimer, une locution, comme n'importe quel dictionnaire de la LANGUE française pourra le confirmer
Je n'ai parlé français qu'à 5 ans environ, en allant à l'école. Mais même par la suite, à Mulhouse dont je suis originaire, j'ai plus souvent entendu parler du dialecte mulhousien par l'expression "Elsasser ditsch" plutôt que "Elsassisch", la première expression se traduisant - littéralement - par : "Allemand d'Alsace", un dialecte allemand parmi tant d'autres, entre la Prusse et le Haut-Adige
Bien plus tard, j'ai compris la subtilité des Bâlois qui, eux, ne parlent jamais de "Hochditsch" ( Hochdeutsch = Allemand littéraire, sorte de koinê créé par Luther pour mettre ses textes à la portée de tout-un-chacun dans le Saint Empire romain germanique dont l'Alsace a fait partie jusqu'en 1648, quand même ). Ils emploient le terme de "Schreftdütsch" ( Schriftdeutsch = langue écrite ) expression qui me paraît d'autant plus appropriée qu'à Bâle, on parle de Ardäpfel pour patates, exactement comme à Mulhouse,  et non Grumbeer, comme à Strasbourg ...

Et les Suisses allemands réussissent ce tour de force à l'école, en conférence ou au travail à vous projeter un texte en Allemand au mur et à le lire ou le commenter en 'Schwiizerdütsch' !

Impressionnante faculté du cerveau humain que cette traduction simultanée pratiquée par l’ensemble des concernés.

C'est pourquoi je pense qu'enseigner l'allemand aux enfants Alsaciens est plus utile que le dialecte, parce que mieux structuré. Il est ensuite facile de s'évader dans les variantes locales, remplacer 'Biene' par 'emmala', 'Ziege' par 'geis', 'Pferd' par 'ross', sans oublier 'bàrabli', trottwar ou s'portmonnè... :lolLarge:

J'utilise le mot dialecte, car comme le dit si bien Tramwackes, si l'alsacien est bien une langue par rapport au français, c'est un des nombreux dialectes, une variante, dans le monde germanique.

Quand aux 'Kartoffel', le mot est d'origine italienne dérivé de 'tartuffolo'(petite truffe), comme la tartiflette à base de 'tartifles' en Savoie ou les Morvandiaux qui vont 'miger la treuffe vers le René sur Montsauche' (manger des patates chez René à Montsauche)  :mange:

Grundbirne ou Erdapfel (alemanisch Herdapfel, platt Eerdappel) sont donc plus 'allemands' que 'Kartoffel'.

C'est pourquoi je pense qu'enseigner l'allemand aux enfants Alsaciens est plus utile que le dialecte, parce que mieux structuré. Il est ensuite facile de s'évader dans les variantes locales, remplacer 'Biene' par 'emmala', 'Ziege' par 'geis', 'Pferd' par 'ross', sans oublier 'bàrabli', trottwar ou s'portmonnè... :lolLarge:

Entièrement d'accord, vaut mieux apprendre l'allemand correctement ce qui facilitera pour ceux et celles qui le souhaitent de mieux apprivoiser l'alsacien, mais pareil pour les autres dialectes suisses et allemands sans oublier l'autrichien qui a aussi son parler légèrement différent et avec des expressions inconnues en Allemagne et en suisse.

Et concernant la pomme de terre, je l'ai toujours prononcé avec le H  "Hardäpfel" comme la plupart des mulhousiens que je connais.

Hors ligne grandga

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 1841
  • A Buick, what else ?
Re : Forum
« Réponse #27 le: 13 août 2015 à 12:08:56 »

Les Autrichiens, enfin les plus vieux, utilisent encore le mot 'Bramburi' pour les 'Kartoffel', il dériverait de l’appellation ' Brandenburger Erdapfel'...

Comme ils disent 'Paradeisapfel' ou simplement 'Paradeis' pour les tomates.

Servus !
" Puissiez-vous vivre des temps intéressants... "

Hors ligne mili

  • Modérateur
  • Inscrits
  • ******
  • Messages: 267
Re : Re : Re : Forum
« Réponse #28 le: 13 août 2015 à 12:36:12 »
Il est ensuite facile de s'évader dans les variantes locales, remplacer 'Biene' par 'emmala', 'Ziege' par 'geis', 'Pferd' par 'ross', sans oublier 'bàrabli', trottwar ou s'portmonnè... :lolLarge:
Je ne pense pas que ce soit facile. Je connais plusieurs personnes bonnes en allemand et qui ont essayé d'apprendre l'alsacien sur le tard, mais j'en connais une seule qui a bien réussi.

Après, je ne dis pas que c'est grave ou pas. De toute façon, il y a le rouleau compresseur de la mondialisation, alors on n'a plus besoin de se donner du mal pour combattre les langues régionales (oups non, les dialectes régionaux), ça disparaît tout seul.
J'ai retrouvé cette image que l'UNESCO avait publiée et qui décrit les 9 critères menant à la transmission ou à l'extinction d'une langue ou d'un dialecte :

Archive de la page originale : https://web.archive.org/web/20091111142633/http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?pg=00142

En ligne Richard.T.M

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 12530
Re : Forum
« Réponse #29 le: 13 août 2015 à 13:28:43 »
Grandga
Je me souviens que mes collègues de bureau à Bâle lisaient à haute voix  et en schwyzerdütsch le journal local ( à l'époque National Zeitung rédigé en schriftdeutsch )
D'ailleurs, en Bavière, où ils disent aussi Servus, ils lisent en allemand mais emploient un langage bien proche du notre en Alsace
Par contre, à Berlin, c'est bien différent !

En ligne Richard.T.M

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 12530
Re : Forum
« Réponse #30 le: 13 août 2015 à 13:42:26 »
Autre chose : toute langue est évolutive
Exemple : il y a quelques années, j'entendais des gens me dire : "Bonjoureux" au lieu de bonjour
Le vocabulaire de même : "tout-à-fait ! absolument !" et surtout les "au niveau de" ou encore "c'est évident" ou "c'est compliqué", ce dernier terme étant galvaudé pour tout ce qui ne coule pas de source
Mais en fait d'évolution, c'est surtout un appauvrissement ... à mon sens
Il est vrai que la mondialisation est surtout un nivellement dans bien des domaines

Hors ligne grandga

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 1841
  • A Buick, what else ?
Re : Forum
« Réponse #31 le: 13 août 2015 à 13:45:08 »
Très bonne représentation.

Et qui explique ma position pour l'Allemand, qui rempli tous les critères, par rapport à l'Alsacien qui malheureusement ne correspond à aucun d'entre eux  :pleure:

Quand aux 'variantes locales', je voudrais faire part de deux de mes expériences.

La première est celle de mon épouse d'origine allemande qui parle la langue de Hanovre, une merveille de finesse et d'élégance dans le domaine. Très tôt elle s'est trouvé dans la situation de devoir comprendre ma grand-mère, ma mère, mes oncles et tantes qui s'adressaient à elle en Alsacien. Elle a très vite décodé les mots et phrases utilisés, mais jusqu'à aujourd'hui elle ne peut répondre qu'en Allemand, ce qu' en retour comprennent parfaitement ses interlocuteurs.

La deuxième est un ami Allemand de l'est, ex champion du monde d'aviron, qui s'est installé à la campagne en Suisse.
Là aussi les gens s'adressent à lui en 'Schwiizerdütsch', il les comprend parfaitement, mais ne peut répondre qu'en Allemand. Ce que beaucoup de Suisses n'apprécient pas tellement (arroganta Schwowa), mais passons.

Dans les deux cas ils ont parfaitement assimilé les mots 'locaux' et, grâce a la structure grammaticale proche des langues, compris les sens des phrases pour y répondre avec leur vocabulaire.

L'Allemand standard est la seule langue qui puisse encore relier les parlers régionaux, même si évidemment c'est une arme à double tranchant.

Les Tyroliens du Sud sont soutenu dans la défense de leur parler régional par le fait que l’université de 'Bozen' (Bolzano) enseigne toutes les matières en Allemand ou en Italien, au choix, parfois même en Romanche.

Parler l'Alsacien seul sera bientôt inutile, sauf peut être dans les Ehpad, où les résidents ne parlent plus que leur langue maternelle, les zones qui stockent les langues apprises plus tard s'effaçant dans la maladie.
Malheureusement le personnel soignant est de moins en moins en mesure de les comprendre, les enfermant encore plus dans un isolement douloureux...
" Puissiez-vous vivre des temps intéressants... "

Hors ligne grandga

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 1841
  • A Buick, what else ?
Re : Re : Forum
« Réponse #32 le: 13 août 2015 à 14:00:43 »
Autre chose : toute langue est évolutive
Exemple : il y a quelques années, j'entendais des gens me dire : "Bonjoureux" au lieu de bonjour
Le vocabulaire de même : "tout-à-fait ! absolument !" et surtout les "au niveau de" ou encore "c'est évident" ou "c'est compliqué", ce dernier terme étant galvaudé pour tout ce qui ne coule pas de source
Mais en fait d'évolution, c'est surtout un appauvrissement ... à mon sens
Il est vrai que la mondialisation est surtout un nivellement dans bien des domaines

C'est pas de moi, mais j'adore  :good:

"Solutionner appartient à la triste espèce des verbes inutiles du premier groupe, témoins de la déliquescence de la langue. A la différence près que solutionner est, lui, référencé dans la plupart des dictionnaires les plus fréquentables, même si ceux-ci prennent généralement la peine de déconseiller son usage.
 Solutionner a été inventé par un semi-analphabète, très probablement rédacteur de directives, incapable de sortir son Bescherelle pour savoir comment conjuguer à la première personne du pluriel l'élégant verbe résoudre.
 Cette désolation aurait dû tomber dans un oubli bien mérité, si quelque journaliste n'avait par le plus malencontreux hasard eu connaissance d'une note rédigée par ce triste sire.
 La contagion qu'on imagine s'ensuivit naturellement, et de presse locale en journal télévisé, de journal télévisé en plateau de talk-show sociétal produit par Jean-Luc Delarue, solutionner a supplanté résoudre dans le langage des parle-petit, et parvient maintenant à gangrener jusqu'au discours des élites."

La même chose pour 'clôturer' une session au lieu de clore. Pour rappel, clôturer est l'action de poser une clôture.
Peut être que ça nous semble normal qu'on clôture des ânes...
" Puissiez-vous vivre des temps intéressants... "

Hors ligne grandga

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 1841
  • A Buick, what else ?
Re : Re : Forum
« Réponse #33 le: 13 août 2015 à 14:36:00 »
Grandga
Je me souviens que mes collègues de bureau à Bâle lisaient à haute voix  et en schwyzerdütsch le journal local ( à l'époque National Zeitung rédigé en schriftdeutsch )
D'ailleurs, en Bavière, où ils disent aussi Servus, ils lisent en allemand mais emploient un langage bien proche du notre en Alsace
Par contre, à Berlin, c'est bien différent !

Petite histoire de Berlinois en Bavière.

Un chasseur berlinois en grande tenue interpelle un brave paysan bavarois sur l'alpage :

- " Sajen Sie mal junjer Mann, jibts hier Jemsen ? ( dites moi, y a t'il des chamois par ici?)

- "hà ?"

le chasseur impatient :
- "Iick hab Sie jefragt ob's hier Jemsen jibt !" (Je vous ais demandé s'il y avait des chamois !)

le Bavarois :
- "Pàss uf, bis jetzt hamm'r kaane g'habt, un wenn m'r sowas hamm, hann's sì's reigschleppt !"

Basé sur l'incompréhension dialectale, "Gams" en Bavarois et "Jems" en Berlinois (chamois), sans compter la prononciation en 'i' de la lettre 'g' dans les autres mots, la réponse du paysan est:
- 'écoutez moi bien ! Jusqu'à présent on n'avait pas ça chez nous, et s'il devait y en avoir, c'est vous qui l'avez ramené !'

" Puissiez-vous vivre des temps intéressants... "

En ligne Jefekoi

  • Administrateur
  • Inscrits
  • ******
  • Messages: 10812
  • Rien ne sert de courir il faut partir à point.
Re : Forum
« Réponse #34 le: 13 août 2015 à 20:17:27 »
Bon c'était quoi le sujet déjà ?  :whistling1:

Hors ligne mili

  • Modérateur
  • Inscrits
  • ******
  • Messages: 267
Re : Forum
« Réponse #35 le: 13 août 2015 à 21:27:46 »
C'est un peu dingue, mais voici une idée qui fait la synthèse de tout ce qui a été balancé sur ce sujet.
Tout d'abord, faites un tour sur le site de l'OLCA : https://www.olcalsace.org/. Vous avez vu ? Où il y a le dessin de la bouche, il y a un lien qui permet d'écouter une petite phrase en alsacien.

Je lance donc mon idée qui fait un mélange de tout... On garde la phrase de Just, en alsacien et en français. On ajoute un lien audio (ou video) vers cette phrase dite par la voix langoureuse de Nageur. Et on ajoute encore une traduction en allemand (concoctée par TRAMWACKES, au hasard).
 :whistling1:

Just

  • Invité
Re : Forum
« Réponse #36 le: 14 août 2015 à 08:51:55 »
Pour l'introduction j'ai encore vérifié :

Ici on se sent comme chez    soi      serait mieux adapté dans la  traduction Alsacien / Francais.

Qu'en pensent les " spécialistes " en la matière ?

En ligne Wild

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 1017
Re : Forum
« Réponse #37 le: 14 août 2015 à 09:16:20 »
Pour bien commencer à apprendre l'alsacien et vérifier sa vision :lolLarge:


En ligne Richard.T.M

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 12530
Re : Forum
« Réponse #38 le: 14 août 2015 à 10:20:05 »
Bravo ! Je vais proposer ce matériel à mon ophtalmologiste préférée ( c'est une dame ... )
Et déjà pour la salle d'attente : on se sentira chez soi ! Son papa est un historien bien connu à Mulhouse, ce qui ne gâte rien

Hors ligne grandga

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 1841
  • A Buick, what else ?
Re : Re : Forum
« Réponse #39 le: 14 août 2015 à 10:37:43 »
Pour l'introduction j'ai encore vérifié :

Ici on se sent comme chez    soi      serait mieux adapté dans la  traduction Alsacien / Francais.

Qu'en pensent les " spécialistes " en la matière ?

Oui, je pense que 'soi' (sens chez soi) est plus dans l'esprit.

Mais il a autant d'Alsacien que de familles ou de villages, alors la compréhension est une question de bonne volonté.

Dans ma famille, nous mélangeons allègrement le vouvoiement et le familier, ce qui donnerait par exemple pour la phrase d'accueil :

"Sàlü, kàma nur ina, do fühlsch di wì t'haim"
" Puissiez-vous vivre des temps intéressants... "

[Derniers messages]