Auteur Sujet: JOURNAL des MENAGERES 1930  (Lu 724 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Nourson

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 522
JOURNAL des MENAGERES 1930
« le: 14 décembre 2021 à 12:33:45 »


Quelques commerces que j'ai encore connu, vu leur longévité




Hors ligne Nourson

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 522
JOURNAL des MENAGERES 1930
« Réponse #1 le: 14 décembre 2021 à 12:45:30 »



Publicités PAQUES 1930

Journal des MENAGERES



Hors ligne Richard.T.M

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 12547
JOURNAL des MENAGERES 1930
« Réponse #2 le: 14 décembre 2021 à 14:22:46 »
LE JOURNAL DE MENAGERES existe toujours rue de la Fidélité et imprime des Alsatiques, entre autres ...

Merci pour les publicités, il y a même Bey et Pfleger ..., que Nourson a peut-être connu, non ?

Place de la Concorde / Bonbonnière subsiste un "commerce" qui n'a jamais baissé le rideau, contrairement à Salamander ),  je n'y suis jamais entré, mais je constate que certaines "choses" fonctionnent depuis la nuit des temps, voyons ce que "nos" Wok and Co 2021 en feront !

A remarquer que l'endroit était déjà connu pour ce genre "d'activités" depuis des lustres, d'où le nom de la rue, plus ou moins bien traduit

Hors ligne stammtisch

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 667
JOURNAL des MENAGERES 1930
« Réponse #3 le: 15 décembre 2021 à 09:14:16 »
Je ne trouve aucun document sur la rue Bonbonnière au passé Sussen Winkel, et sa tradition sucrée :eusa_think:

Hors ligne Bliz

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 1880
JOURNAL des MENAGERES 1930
« Réponse #4 le: 15 décembre 2021 à 11:50:21 »
Merci pour les publicités, il y a même Bey et Pfleger ..., que Nourson a peut-être connu, non ?
J'ai aussi bien connu. C'étaient des gens du métier, contrairement aux nombreux marchands d'électro-ménager, qui étaient spécialisés en tout, qu'ils disaient. Mes parents étaient clients.

Àla bonheur !

Hors ligne Nourson

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 522
JOURNAL des MENAGERES 1930
« Réponse #5 le: 15 décembre 2021 à 13:58:28 »
Merci pour les publicités, il y a même Bey et Pfleger ..., que Nourson a peut-être connu, non ?
J'ai aussi bien connu. C'étaient des gens du métier, contrairement aux nombreux marchands d'électro-ménager, qui étaient spécialisés en tout, qu'ils disaient. Mes parents étaient clients.

Àla bonheur !

MERCI Bliz. Toute une famille au service de ses clients. :coeurs02:

Hors ligne ADN 40

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 16385
  • Loin des yeux , Près du coeur
JOURNAL des MENAGERES 1930
« Réponse #6 le: 15 décembre 2021 à 15:54:35 »
 :Forum65: :good:   Le Journal des ménagères ....

Quand on parle du loup on voit la queue .....!!! :icon_langue:


                                                                       :yes2: :good:   ADN 40

Les faits sont sacrés , les commentaires sont libres . S/O.  ADN 40 .

Hors ligne ADN 40

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 16385
  • Loin des yeux , Près du coeur
JOURNAL des MENAGERES 1930
« Réponse #7 le: 15 décembre 2021 à 16:14:05 »
 :Forum65:  1951 //    lorsque le journal des ménagères , vous souhaitaient la bonne année ; tandis que les meubles DRUMM faisaient leur PUB ....


Les faits sont sacrés , les commentaires sont libres . S/O.  ADN 40 .

Hors ligne Richard.T.M

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 12547
JOURNAL des MENAGERES 1930
« Réponse #8 le: 15 décembre 2021 à 18:07:42 »
1930

1951

Un bilinguisme authentique et une indication quant à la population locale ...

Jusqu'en juillet 1914, les cartes postales et beaucoup de commerces sont rédigés dans les deux langues sans exclusive de quelque nature que ce soit

A moins de 100 km de Mulhouse, Bienne en Suisse, est bilingue et les noms des rues sont rédigées dans les deux langues, visiblement, ça ne gêne personne, la "pureté" doit répondre à d'autres critères ... là-bas

Je me souviens de certains de ces commerces

Même LES RUES DE MULHOUSE mentionnent un commerce que j'évoquai précédemment : le sex - shop ( sh, pas ch, ce n'est pas une brasserie !)

Le nom rue Bonbonnière fait allusion à une maison de tolérance au n° 5 ( en mulh. : Pouff, pour les non-initiés nés après Marthe Richard ), traduction approximative de "recoin sucré"

Je ne doute pas un instant que  l'imagination de ses messieurs est en route

Travaillant à Bâle, mes collègues de bureau m'ont interrogé, avec des sourires complices, si tel ou tel établissement existait encore, par exemple rue des Roses ...

 D'authentiques Mulhousiens d'âge mûr m'ont éclairé ...

J'ai été étonné que ces accueillantes maisons existaient après 1949 ( loi Marthe Richard ) dans quelques départements à l'époque français : en Algérie ....! Et 20 ans après l'indépendance, elles "fonctionnaient" toujours, bizarre !


Hors ligne alej

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 1775

Hors ligne alej

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 1775
JOURNAL des MENAGERES 1930
« Réponse #10 le: 15 décembre 2021 à 20:30:15 »
Depuis le XVème siécle, existait rue Bonbonnière un « bordel municipal », propriété de la ville et loué à un tenancier venant d'une autre cité. Mathias Graf - déchiffré via google books - l'évoque dans son histoire de la ville de Mulhouse...

« Der Barfüsser-Orden war in sittlichen Zerfall gerathen. Der Papst hatte eine Verbesserung desselben unternommen, die aber viel Widerstand erlitt. Die hiesigen Barfüsser waren zum Theil unehrlich, entwendeten manches, schwärmten des Nachts herum, liessen sich in Weinschenken antreffen und besuchten liederliche Häuser, damals Frauenhäuser gennant, deren eins in süssen Winkel und ein anderes in der Schulgasse war »

En clair, les franciscains « fréquentaient » rue Bonbonnière et rue Henriette... :icon_biggrin:

Hors ligne Richard.T.M

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 12547
JOURNAL des MENAGERES 1930
« Réponse #11 le: 15 décembre 2021 à 20:44:24 »
Ils "fréquentaient", sans plus ..., à cause des gestes "barrières", on avait compris, ils allaient tout au plus encourager ses vaillantes ménagères

Aujourd'hui, puisqu'il fait parler de la vie à Mulhouse, on les retrouve ailleurs et, courageuses, par tous les temps, comme le petit cheval de Brassens !

J'en ai croisé un jour ( j'étais accompagné de Madame ), elles avaient visiblement acheté leurs savates au même endroit. J'ai eu la mauvaise idée de leur demander si on leur fait des prix pour les pompes, mal m'en a pris ! Comme elles étaient "issues de la diversité", j'ai n'ai pas compris le moindre mot mais ça devait être gratiné et surtout énergique !, rien d'une bonbonnière, pas suss ( winkel ) pour un sou !

Bon, je vais me coucher avant d'être dénoncé comme mauvais coucheur !

Hors ligne stammtisch

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 667
JOURNAL des MENAGERES 1930
« Réponse #12 le: 15 décembre 2021 à 22:08:39 »



Hors ligne stammtisch

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 667
JOURNAL des MENAGERES 1930
« Réponse #13 le: 15 décembre 2021 à 22:39:11 »



L'eau dans la ville au Moyen Âge
Jean-Pierre Leguay

[Derniers messages]