Auteur Sujet: le chou à Mulhouse  (Lu 1774 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne alej

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 2295
le chou à Mulhouse
« Réponse #20 le: 17 mars 2022 à 20:03:13 »
Shirer écrit que dans sa jeunesse, parcourant les bas fonds de Vienne avec un collègue mieux pourvu, disons, que lui, il s'était fait railler par des prostituées juives, d'où son animosité

J'ai sûrement mal cherché mais je n'ai pas trouvé cette importante révélation chez Shirer

Quant à ton appréciation sur mes goûts en matière d'histoire

Nulle appréciation ici mais une simple constatation

En ligne Richard.T.M

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 13405
le chou à Mulhouse
« Réponse #21 le: 17 mars 2022 à 20:39:39 »
C'est ma femme qui appréciera alors ... !

Shirer j'ai lu il y a bien longtemps mais j'ai conservé le bouquin ... et je me représente bien la scène ! La télévision allemande avait consacré une émission à ce sujet, le Schicklgruber n'en ressortait pas vraiment comme l'étalon - type

D'ailleurs, mais c'est loin de Mulhouse, quand on évoquait l'homosexualité de Röhm, il disait que c'est une question personnelle ( réprimée en RFA quand même jusqu'en 1969 )

Hors ligne Bliz

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 1997
le chou à Mulhouse
« Réponse #22 le: 18 mars 2022 à 08:18:19 »
Shirer écrit que dans sa jeunesse, parcourant les bas fonds de Vienne avec un collègue mieux pourvu, disons, que lui, il s'était fait railler par des prostituées juives, d'où son animosité
Au sommet de sa « gloire », en Allemagne, presque n'importe quelle femme aurait voulu coucher avec lui. Je vous laisse tirer vos conclusions.  :smiley44:

Hors ligne Bliz

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 1997
le chou à Mulhouse
« Réponse #23 le: 18 mars 2022 à 08:36:19 »
D'ailleurs, mais c'est loin de Mulhouse, quand on évoquait l'homosexualité de Röhm, il disait que c'est une question personnelle
Bien des fois, j'ai lu et entendu dire que dans le parti DAP (le précurseur du NSDAP), l'homosexualité était fort répandue. Röhm n'avait que l’embarras du choix à l'intérieur du parti même.
Citation de: Richard™
( réprimée en RFA quand même jusqu'en 1969 )
Durant le régime nazi, les lois relatives à l'homosexualité ont été sensiblement alourdies et les peines aggravées. Après la guerre, ces aggravations n'ont pas été supprimées et elles sont restées en place jusqu'en 1969. Notons encore que ces lois ne concernaient que l'homosexualité masculine, comme dans la plupart des autres pays. Les exceptions sont rares. Cela n'a pas protégé les lesbiennes, qui se retrouvèrent dans les camps de concentration avec le carré noir (asociale).  :grrr:

En ligne Richard.T.M

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 13405
le chou à Mulhouse
« Réponse #24 le: 18 mars 2022 à 09:36:12 »
voir effectivement le film Aimée et Jaguar, une des deux pécheresses additionnant même le tort d'être Juive ...

Röhm : voir la Nuit des longs couteaux au bord d'un lac de Bavière vite rouge de sang

Pour Schicklgruber, "n'importe quelle femme ... ", non, quand même pas, ça je ne le crois pas, le discernement n'est pas l'apanage des mâles, un type qui hurle comme un malade doit bien dissimuler une carence "quelconque"

Hors ligne Bliz

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 1997
le chou à Mulhouse
« Réponse #25 le: 18 mars 2022 à 13:23:23 »
voir effectivement le film Aimée et Jaguar, une des deux pécheresses additionnant même le tort d'être Juive ...
Comme dans le film « Novembermond » d'Alexandra von Grote, que je trouve bien mieux. Si vous cherchez à bouffer à l’œil dans un restaurant et si vous êtes une femme, ce film sera plein d'enseignements pour vous.  :mange:
Citation de: Richard™
Röhm : voir la Nuit des longs couteaux au bord d'un lac de Bavière vite rouge de sang
En fait, une simple purge, comme cela est habituel dans les régimes dictatoriaux. Ce fut la plus importante et la plus connue, mais pas la seule.  :ninja:
Citation de: Richard™
Pour Schicklgruber, "n'importe quelle femme ... ", non, quand même pas, ça je ne le crois pas, le discernement n'est pas l'apanage des mâles, un type qui hurle comme un malade doit bien dissimuler une carence "quelconque"
Comme je l'ai écrit, je laisse cela à votre honorable appréciation. Je suis incapable de vérifier l'information, surtout de nos jours. Mais ne dit-on pas que les femmes aiment les salauds ? C'est certainement exagéré, mais un peu seulement, dirais-je. Sinon il n'y aurait pas tant de femmes à rester avec leur Jules, qui les maltraite gravement et régulièrement.  :domina_g:

Non ! Nix bonheur !

[Derniers messages]