La vie à Mulhouse > Forum en Alsacien

Notre langue, Nathan Katz

(1/6) > >>

Bliz:
Je sais bien, c'est n'est pas tout à fait Mulhouse, mais pas trop loin quand-même.

Je repense à l'importante œuvre laissée par Nathan Katz, presque entièrement écrite dans sans langue alémanique sundgauvienne. Où est-il allé cherché l'orthographe et la grammaire de sa langue ? Il n'y avait pas d'orthal à cette époque-là. Apparemment, il n'a pas eu de difficultés en ces choses-là. Quelles furent ses références ?

ms:
pages 16/17/18

Richard.T.M:
Nathan Katz - je l'   écouterais   pendant des heures !

Mais s'il fallait le lire ...,  je me fatiguerais vite à déchiffrer !

( J'avoue, à ma grande honte, qu'en version allemand littéraire, ou hochdeutsch, ou encore Schriftdeutsch, je suis bien plus à l'aise )

Pour des pièces de théâtre, par contre, je conçois qu'un texte écrit soit élaboré, mais alors qu'on le veuille ou non, il y aura des variantes qui limiteront l'auditoire

Gamin, je me suis souvent surpris à demander à mes parents de me traduire des termes non mulhousiens à un âge ou l'allemand "standard" m'était encore inaccessible

Bliz:
Merci Stammtisch et Richard. Toutefois, les questions de l'orthographe et de la grammaire restent posées. Quelle a été la référence utilisée par Nathan Katz ? D'où provient-elle ? Pour pouvoir écrire tout ce qu'il a écrit, il fallait bien des règles claires, qu'il a suivies. L'ouvrage cité par Stammtisch ne semble pas donner la réponse.

Quand j'essaie d'écrire le parler mulhousien, je fais ça un peu au pif et à l'oreille, car toute référence me manque. Mais ce ne serait plus possible si j'écrivais de longs textes et des poèmes.

ms:
Oui c'est un tout petit début de réponse et il faudrait lire l'ouvrage en entier. Ce qui me paraît vraiment intéressant (et mystérieux) c'est ce mélange entre appropriation, souplesse avec la langue et grande rigueur dans le traitement. Et j'aime beaucoup la distinction entre folklorique et dialectal...

Navigation

[0] Index des messages

[#] Page suivante

Utiliser la version classique