Auteur Sujet: Au bonheur des trams  (Lu 1921 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

En ligne Jefekoi

  • Administrateur
  • Inscrits
  • ******
  • Messages: 10819
  • Rien ne sert de courir il faut partir à point.
Au bonheur des trams
« le: 23 septembre 2006 à 02:07:56 »
Au bonheur des trams

D'ici à la fin de 2007, le tramway sillonnera douze villes de France. Jusqu'à présent, partout où il passe, l'immobilier en tire profit au fur et à mesure de l'avancement des travaux.
Il avait été sacrifié à la voiture dans les années 1960. Le tramway savoure sa revanche. Comme moyen de transport privilégié à Nantes, Montpellier, Nice, Mulhouse ou Valenciennes, ou comme complément à des lignes de métro à Lyon, Marseille et bien sûr Paris. C'est vrai qu'il a beaucoup d'atouts. Son installation est moins onéreuse que celle d'un métro puisqu'elle n'exige pas de percement, de consolidation ou de mise hors d'eau. Le chantier est donc plus rapide. Par rapport à un transport souterrain, deux ans au moins sont gagnés. En outre, comparé à l'automobile, le tramway est moins polluant, plus rapide et plus reposant : d'une rame flambant neuve au design effilé d'un TGV, le voyageur peut tout à loisir admirer les axes traversés, découvrant des stations et leur mobilier très moderne à tendance bois et acier s'inscrivant dans un style minimaliste, mais aussi regarder d'un oeil nouveau les immeubles jouxtant le parcours. En effet, certains secteurs avaient été délaissés faute de transports en commun tandis que d'autres étaient dévalorisés parce que trop empruntés par des bus ou des voitures.



Paris : les Maréchaux prennent du galon
Après trois ans de chantier, la ligne T3 desservant les Maréchaux Sud, du pont du Garigliano à la porte d'Ivry, va entrer en service au mois de décembre. Le tramway fait son entrée dans Paris et va accompagner les boulevards des Maréchaux des 15e, 14e et 13e arrondissements, soit près de 8 kilomètres au travers de 17 stations et au rythme d'une rame toutes les quatre minutes. Voies engazonnées, mobilier urbain élégant, plantation d'un millier d'arbres, tout est prêt pour accueillir ce nouveau moyen de transport et faire oublier les nuisances occasionnées par les travaux. Certains immeubles en ont profité pour toiletter leurs façades et de nouveaux commerces ont ouvert. Et c'est un visage bien plus avenant que montrent désormais ces boulevards jusqu'alors peu prisés où les prix de l'immobilier affichaient les tarifs les plus bas de chacun de ces trois arrondissements. Dès lors, comme l'explique Gilbert Chouchana, agent immobilier dans le 14e, " les acquéreurs ou les locataires acceptent de venir visiter les appartements des boulevards Brune ou Jourdan ou ceux des petites rues adjacentes, alors qu'avant l'arrivée du tram ils s'y refusaient catégoriquement ".



" C'est un argument de vente, reconnaît Joël Giraud, agent immobilier dans le 13e, mais toutefois moins fort que celui de la station de métro. Et il faudra sans doute attendre les liaisons effectives avec d'autres sites, comme la ligne du métro de Mont- rouge, pour juger du réel impact du tramway sur le marché immobilier ". Actuellement, le ticket d'entrée des appartements des Maréchaux oscille entre 5.200 et 5.600 euros le mètre carré, soit 35 % de plus qu'il y a trois ans lors du démarrage des travaux. Mais cette augmentation correspond aussi à celle enregistrée par l'immobilier en général durant cette période.



En revanche, l'amélioration de l'environnement sur ces grands axes va probablement générer à moyen terme une revalorisation de l'immobilier. " D'une part, les appartements donnant sur les boulevards vont voir les nuisances de bruit et de circulation s'estomper et la verdure égayer le paysage. Cette meilleure qualité du cadre de vie ne peut être que bénéfique à ces logements. D'autre part, ceux qui se situent à proximité du passage du tramway et qui étaient éloignés d'un moyen de transport en commun comme le quai André-Citroën ou le square Georges-Brassens par exemple, vont bénéficier d'un meilleur accès, ce qui, là encore, sera positif ", prévoit Jean-Pierre Maingault, de l'agence Laforêt Vaugirard. Les nouvelles locations seront, elles aussi, concernées par les retombées du tramway, les bailleurs étant tentés de se positionner sur la fourchette haute du marché local. Un projet d'extension du tramway des Maréchaux, à l'ouest jusqu'à la porte d'Auteuil et à l'est jusqu'à la porte de la Chapelle, est à l'étude : sept arrondissements seraient desservis ainsi que douze communes limitrophes. Et des milliers de logements pourraient reprendre des couleurs.



Bordeaux, Montpellier, Nantes, Mulhouse... l'effet tramway
Les villes de province ont devancé la capitale en matière de tramway. Et elles en ont subi les mêmes travaux interminables, la poussière, les embouteillages... Les Bordelais se souviendront longtemps de leur ville transformée en vrai champ de bataille. Aujourd'hui, les travaux se poursuivent mais dans une moindre mesure. Et ils goûtent les charmes des quais réaménagés par l'architecte paysagiste Michel Corajou et scrutent le niveau de la Garonne du haut du tramway.



Le secteur Bastide, sur la rive droite, a beaucoup bénéficié de l'arrivée du tram, qui le désenclave et le relie au centre historique de la rive gauche. Les prix s'en ressentent avec du neuf autour de 2.800 euros le mètre carré et des échoppes difficilement dénichables à moins de 200.000 euros. Au coeur des Chartrons, rive gauche, les travaux du tramway sont en cours et les prix fluctuent entre 2.200 et 2.500 euros le mètre carré. " Voire un peu plus au nord des Chartrons, sur Bacalan, où le tram va passer dans un an, les vendeurs anticipant sur la montée des prix ", note Laurent Lagarde.



A Montpellier, la seconde ligne de tramway passant par les quartiers centraux et descendant vers le sud s'achève. Le quartier de la Croix d'Argent commence à en ressentir les premiers effets : certains appartements de standing se négocient jusqu'à 2.400 euros le mètre carré contre 2.000 euros voici deux ans. Nantes n'échappe pas au phénomène du tramway et des secteurs autrefois peu regardés commencent à intéresser les habitants. C'est le cas par exemple des quartiers est comme Dalby et Vieux Doulon, à seulement quinze minutes du centre. Mais pour décrocher des maisons de 90 mètres carrés avec un petit jardin, il faut désormais tabler sur 230.000 euros.



Mulhouse, qui a inauguré le tramway au printemps, en apprécie les avantages. " Le tramway apporte une bouffée d'oxygène à la ville, l'environnement engazonné l'embellit et cet espace revalorisé rejaillit sur l'immobilier ", constate Rémy Dantzer de l'agence Foncia. Les acquéreurs comme les locataires recherchent les quartiers irrigués par le tramway. Les prix, dopés par la demande, sont en hausse de 5 à 7 %, et se situent, en moyenne autour de 1.800 euros du mètre carré dans l'ancien et 2.200 euros le mètre carré dans le neuf.



Marseille, Nice... un tramway nommé délire
Le succès remporté auprès des habitants des grandes métropoles, riverains ou non, fait des émules. A Nice, qui connaît actuellement les affres des chantiers, l'arrivée du tramway commence à doper les prix des quartiers traversés notamment les quartiers Riquier et Libération, où les prix dépassent désormais les 3.200 euros le mètre carré dans de l'ancien classique en bon état. " Dès l'annonce de l'arrivée du tram, les prix ont accusé un écart de 10 % entre les secteurs desservis par le tram et ceux qui ne le seront pas ", avoue Eric Scimone de l'agence l'Adresse. La hausse se joue parfois à quelques mètres près : ainsi entre le boulevard de Gorbella, où passe le tramway, et son voisin le boulevard de Cessole, pour un type de bien comparable, l'écart peut aller de 500 à 1.000 euros par mètre carré.



Le syndrome du tramway a également gagné Marseille, déjà doté d'un métro. Mais pour le moment, le tram n'est pas encore un argument de vente. Il faut dire que la ville a déjà fortement bénéficié de l'arrivée du TGV et qu'elle doit en " digérer " l'effet sur les prix. Reste, comme le souligne Régine Rinaldi, responsable des agences Foncia à Marseille, " que le tramway va redonner la ville aux Marseillais et va contribuer à élargir l'offre à des quartiers mis à l'écart pour des raisons d'accès difficile ".

Hors ligne jebouge

  • Inscrits
  • *****
  • Messages: 509
(Pas de titre)
« Réponse #1 le: 23 septembre 2006 à 09:19:39 »
ici a Valenciennes nous sommes fiére de notre tram enfin notre transville . A ce propos je vais tenter de faire un reportage sur notre transville du depot au ligne gros travail et pas beaucoup de temp . :big043:

[Derniers messages]