Auteur Sujet: Petits conseils à l'usage des (futurs) nouveaux arrivants en Alsace.  (Lu 2003 fois)

0 Membres et 2 visiteurs sur ce sujet

Hors ligne Henri

  • Administrateur
  • Inscrits
  • ******
  • Messages: 7995
  • Sexe: Homme
J'ai retrouvé dans mes archives cette lettre ci-dessous que j'avais une fois reçu d'un ami qui lui-même l'avait reçu d'ailleurs.

J'aime bien ce courrier adressé à certains qui viennent pour la première fois chez nous et en s'imaginant se trouver presque en Allemagne.

Etant Alsacien de nature et de cœur (ben oui, ça existe), je vous propose de lire ces quelques conseils que j'ai compilés afin de faciliter votre insertion dans cette si belle région (oui, je me jette des fleurs, et alors ?)...

En quelle langue parler ?
La langue est source de nombreuses incompréhensions entre les nouveaux arrivés et l'Alsace.
L'Alsace est en France, parlez français !
N'adressez en aucun cas la parole en allemand à un interlocuteur alsacien dans un magasin, dans la rue, au restaurant. Votre accent vous trahira.


Le dialecte.
L'alsacien est de nos jours devenu chic. Apprenez quelques mots d'alsacien pour ponctuer vos phrases : une interjection comme "hoplà !" sert à tout. Vous terminez une conversation au téléphone : "hoplà !" avant de raccrocher, vous déposez un objet sur un bureau "hoplà !". Si quelqu'un vous marche sur les pieds et s'exclame "hoplà !", ne vous formalisez pas, il s'est excusé.
D'autres interjections servent à ponctuer la conservation : "yôô" suivi d'un point d'exclamation ou d'interrogation selon le cas, ou "a yôô", "o yééh !", "ya dôô", "nêt"...
Je ne vous apprendrai pas de gros mots en alsacien ici (c'est propre à l'Alsace et puis ce sont des articles publics qui paraissent ici tout de même) mais si vous me le demandez par mail il se peut que...

Dire "Danke schön" pour dire merci, c'est du Hochdeutsch (en clair ça ne se fait pas). Ici, on dit "merci" même en alsacien comme on le dit aussi d'ailleurs à Bâle, en suisse-allemand.


Oui, l'accent alsacien existe !
C'est une adaptation d'un accent germanique à la langue française. Ne le confondez pas avec des intonations allemandes et n'essayez pas de l'imiter en prenant un accent pseudo allemand style "Papa Schulz" (pour ceux qui ne connaissent pas, c'était une série diffusée dans les années 90). Votre interlocuteur le prendra pour une insulte.
Et puis, évitez de vous moquer de l'accent d'un Alsacien, surtout si celui-ci est très prononcé.

Evitez de faire remarquer à votre interlocuteur au téléphone : "c'est incroyable comme vous parlez bien français et en plus sans accent !" (Surtout pas le faire !!!)

Dans le doute, il vaut mieux utiliser le mot français en alsacien que le mot allemand... Pour les termes à la mode ou les termes techniques, on utilise de nos jours en alsacien le mot français. En allemand, on utilise la plupart du temps un mot anglais.

Qualités et défauts des Alsaciens sont parfois les mêmes. L'Alsacien est attaché à un certain nombre de valeurs.
Si vous clamez : "Les contrats sont fait pour être déchirés", n'espérez pas arriver à quoi que ce soit. c'est un système de pensée totalement étranger à l'Alsace et qui fait l'objet de beaucoup de réprobation.


Codes vestimentaires locaux.
N'essayez même pas de mettre un costume autrichien ou bavarois acheté en vacances, ni un chapeau vert à blaireau (le blaireau est surnommé en sundgovien, dialecte du sud de l'Alsace, "Schisshüssbansel", c'est à dire balai de chiotte). Oui, l'alsacien, c'est imagé !

Adaptez votre attitude au comportement alsacien, les gens ne sont pas forcément ce qu'ils paraissent.
Comme le disait Germain Muller "Ce qui me gêne, ce n'est pas que les gens me prennent pour un imbécile, mais qu'ils croient que je ne m'en aperçois pas".


Soyez persévérant !
Vous entendrez souvent l'Alsacien vous dire, lorsque vous l'interrogez sur un sujet alsacien, "C'est compliqué". Ca l'est fréquemment, en effet. Au lieu de renoncer et de passer à côté de précieuses informations, insistez en exprimant votre interêt. (Brosser la bête dans le sens du poil). Vouloir faire simple dans une région complexe n'est pas une bonne solution.


Culture.
Si vous n'y connaissez rien, n'essayez pas de briller. Votre interlocuteur en sait certainement plus long que vous là-dessus.
Si on vous dit "Nous allons à Bayreuth (une ville en Allemagne) cet été", ce n'est pas la peine de répondre : "Ah ! Vous allez en vacances au Liban ?" (Il y a une ville au Liban qui s'appelle Beyrouth, au cas où vous l'auriez oublié). C'est une bourde... classique !

L'Alsace a horreur des drames et des cris. Vous devez privilégier une attitude calme et responsable. N'oubliez pas qu'ici l'agresseur a toujours tort : un comportement ultra-autoritaire, des hurlements, des menaces vont retourner l'opinion contre vous et cela même si, dans le fond, vous aviez raison dans cette affaire.


Voilà, maintenant vous êtes parés pour aller visiter notre belle région qu'est l'Alsace.

Au fait, une dernière précision, l'Alsace ce n'est pas que les cigognes, la choucroute, la bière et les bretzels... Il ya aussi les tartes flambées, le Gewurtztraminer (c'est du vin), les fleischnackas (en français escargots de viande), le Tokay Pinot gris (aussi du vin), des kougelopfs et encore pleins d'autres mets délicieux...


Je viens de me souvenir d'une fait que j'ai vécu quand j'étais militaire à Toul.

Un jour, un gradé vient me voir pour me proposer d'aller en mission à Strasbourg pour une livraison en camion (je ne me rappelle plus ce que c'était) S'il est venu me voir, c'est surtout qu'il savait que j'étais un alsacien et que donc je parlais aussi le dialecte. Il m'a demandé de l'accompagner pour que je fasse l'interprête Alsacien/français.
Je me suis dit Hoplà en voilà encore un qui s'imagine qu'en Alsace on ne parle pas le français.
Il avait beau être un gradé, son intelligence en culture faisait défaut,  et après tout c'était une bonne occasion d'aller se promener à Strasbourg. Bien sûr je ne lui ai rien dit  :whistling1: qu'en Alsace cela faisait très longtemps que le français est bien pratiqué.

Arrivés à Strasbourg, je demande mon chemin à une personne âgée et bien sûr en Alsacien. Le gradé devait certainement être content de m'avoir emmener. Je trouvais ça vraiment marrant. :big056:
En fin de compte il s'est quand même rendu compte que les strasbourgeois parlaient bien le français même si c'est avec un accent. Il n'avait pas osé reconnaitre qu'il s'était bien planté en croyant que les alsaciens ne parlaient que l'alsacien. Je crois que c'était la dernière fois qu'il avait demandé un interprête pour aller en Alsace.

Moi j'étais content de mon voyage :banana: